Au bout de mes souliers

Flow, le magazine qui apporte un coup de frais dans les kiosques...

17 Février 2015, 10:00am

Publié par Claire

Flow est un petit nouveau dans les kiosques mais qui fait déjà beaucoup parler de lui... C'est la version française d'un magazine déjà très populaire aux Pays-Bas! Son concept? Loin des magazines féminins traditionnels, c'est un véritable objet d'art qui traite de divers sujets dont le point commun est le bonheur au quotidien. Le graphisme en est très soigné, avec de nombreuses couleurs et différents types de papier pour retrouver le plaisir de la lecture. Les articles sont variés, fouillés, la publicité peu présente...

C'est un vrai coup de coeur pour ma part, d'autant plus qu'il comporte deux "cadeaux": une magnifique guirlande à l'esprit slave que je me suis empressée d'accrocher et un cahier pour nous donner envie d'écrire (même si le graphisme de ce cahier est finalement ce qui m'a le moins plu dans tout le magazine!)... Il est cher, 6€95, mais c'est le prix à payer pour tous les papiers différents utilisés, la publicité peu présente et surtout l'épaisseur de ce magazine. Je l'ai acheté il y a quelques jours maintenant et ne l'ai pas dévoré en une soirée comme habituellement, il me reste encore plusieurs articles à lire (et découpages de citations à faire ^^). Bref, une jolie découverte, un petit bonheur à s'offrir... Vivement le prochain magazine!

Flow, le magazine qui apporte un coup de frais dans les kiosques...
Flow, le magazine qui apporte un coup de frais dans les kiosques...

Voir les commentaires

"Les lois de la gravité" au Théâtre Hébertot: un très beau moment

12 Février 2015, 22:00pm

Publié par Claire

Ce soir, je reviens enchantée d'une représentation au Théâtre Hébertot (que je ne connaissais pas, absolument magique au passage), alors hop, tard ou pas, je me suis précipitée sur mon clavier, encore émue.

Car Les lois de la gravité, c'est une pièce qui questionne, mélangeant la gravité d'une situation et des petites pointes d'humour, comme des virgules. Il y a un côté huis-clos sartrien, une tension, puis des respirations dans cette adaptation réussie d'un roman de Jean Teulé.

Voici l'intrigue présentée par le site du Théâtre Hébertot:

vec Dominique PINON, Florence LOIRET CAILLE et Pierre FOREST

Vendredi, 21 heures, dans le commissariat d'une petite ville portuaire.

Un policier fatigué, à la sensibilité aussi triviale que poétique, reçoit la visite d'une jeune femme qui, rongée par la culpabilité et la nécessité de payer pour sa faute, vient se dénoncer pour le meurtre de son mari, dix ans plus tôt.

Mais le temps passe et dans quelques heures, le délai légal pour se constituer prisonnière sera dépassé.

Cette âme pure, victime de violences conjugales, se retrouve aux prises avec un officier convaincu qu'il doit la protéger d'elle-même. Un face à face poignant et désopilant entre deux êtres brisés, décalés, magnifiques.

Site du Théâtre Hébertot

"Les lois de la gravité" au Théâtre Hébertot: un très beau moment

On s'attache très vite aux deux personnages principaux: un policier là sûrement par défaut, poète, déçu par la vie, qui se console grâce à de drôles d'objets comme cette gourde en forme de Vierge Marie qui change de couleur en fonction de la température, cette voiture, évocation d'une enfance qu'il a peut-être toujours regrettée ou cette balle d'élastiques devenue jouet, comme pour montrer une distance, déjà, par rapport à son travail. Et elle, bien sûr, perdue, touchante, à l'histoire tragique, mais si déterminée à se porter coupable avant minuit, heure fatale d'un couperet qui lui empêcherait de se libérer d'un lourd secret que ses enfants ont déjà deviné. Et parmi eux, comme un respiration, le policier d'accueil vient souvent rendre visite, on respire, on rit de l'incongruité de la situation, puis on repart dans une tension, un questionnement.

Je suis repartie pleine de questions et émue, vraiment émue par la scène finale et par le jeu très juste des comédiens. Pendant tout le trajet du retour, cette histoire m'a poursuivie, et c'est ce que j'ai aimé dans cette pièce et cette mise en scène des plus réussies, avec un décor très détaillé que j'ai beaucoup aimé contempler au début de la pièce, qui nous plonge dans un commissariat normand, sans doute à la fin des années 1990.

 

Ne connaissant pas ce théâtre, j'ai regardé la programmation, et je suis également repartie pleine d'envies... Bref, une soirée très réussie, qui m'a d'ailleurs donné envie de relire Desnos tant adulé par ce policier pas comme les autres!

"Les lois de la gravité" au Théâtre Hébertot: un très beau moment

Voir les commentaires