Au bout de mes souliers

Le Jeu de l'Amour et du Hasard au Théâtre Michel: une version rafraîchissante !

12 Avril 2017, 20:48pm

Publié par Claire

Quelle surprise! C'est vraiment ce que je me suis dit quand je suis repartie du Théâtre Michel, après avoir vu une version pour le moins... rafraîchissante de cette pièce de Marivaux, mise en scène avec beaucoup de talent par Salomé Villiers. Oui, je sais, cela peut paraître très surprenant, mais c'est vraiment l'impression que l'on a avant même que la pièce commence, alors qu'une fausse pelouse orne la scène ainsi que du mobilier de jardin sur lequel on aurait bien envie de s'asseoir nous aussi... Et quand le spectacle démarre, surprise, c'est par une vidéo... Mais la vidéo n'est pas là en gadget inutile, non, elle participe de ce spectacle qui revisite Marivaux à la sauce des années 60: elle imagine les passages entre les scènes, rajoutant plus d'humour et de connivence avec le public.

Le Jeu de l'Amour et du Hasard au Théâtre Michel: une version rafraîchissante !

Si le spectacle laisse bien part à la critique sociale féministe que l'on devine déjà, il accentue vraiment sur l'humour et la fraîcheur de cette pièce, ce jeu de masques où les futurs fiancés ont la même idée de se déguiser en domestique pour se découvrir l'un et l'autre. Il y a beaucoup de trouvailles dans la mise en scène, d'expressions sur le visage qui provoquent le rire. Avec une mention toute spéciale pour Etienne Launay en Arlequin transformé en Dorante, provoquant irrémédiablement le rire rien qu'à son allure absolument ringarde et à ses "mimiques" - je vous invite à regarder les photographies des acteurs "au naturel" à la sortie de la salle, la transformation est impressionnante. Mais l'ensemble de la troupe semble s'en donner à coeur joie, une joie communicative! J'ai bien aimé également que l'espace scénique s'élargisse à la salle mais... Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser découvrir toutes les pépites de ce spectacle...

Le Jeu de l'Amour et du Hasard, au Théâtre Michel jusqu'au samedi 6 mai 2017

Bande-annonce du spectacle ici, réservations par !

 

Un texte de MARIVAUX
Mise en scène : Salomé VILLIERS
Assistée de : Lisa DE ROOSTER
Vidéo : Léo PARMENTIER
 
DISTRIBUTION:
Salomé VILLIERS (Silvia)
Raphaëlle LEMANN (Lisette)
Philippe PERRUSSEL (M. Orgon)
Bertrand MOUNIER ou Pierre HELIE (Mario)
François NAMBOT (Dorante)
Etienne LAUNAY (Arlequin)
 
Au Théâtre Michel
 
38 rue des Mathurins 75008 Paris
 
 
25 représentations exceptionnelles :
Du 05 avril au 06 mai 
Du jeudi au samedi à 21 heures
Le samedi et dimanche à 16h15








Merci au Théâtre Michel pour les invitations :)

Dans le même théâtre, vous pouvez également en ce moment découvrir Le Horla que j'ai chroniqué ici

Voir les commentaires

Le Horla au Théâtre Michel: un pari réussi !

10 Avril 2017, 21:34pm

Publié par Claire

Quelle audace de représenter Le Horla au théâtre, d'autant plus dans un seul en scène ! C'est pourtant un pari réussi par l'étonnant Florent Aumaitre, mis en scène par Slimane Kacioui. Tout d'abord, ce qui étonne, c'est la mémoire nécessaire pour mémoriser ce texte de Maupassant. De quoi devenir un peu fou, comme le héros principal de cette nouvelle fantastique dont les illusions semblent rejoindre la réalité, le faisant sombrer petit à petit dans une folie grandissante...

Le Horla au Théâtre Michel: un pari réussi !

Très vite, on prend beaucoup de plaisir à redécouvrir ce texte, la déclamation à voix haute procurant une émotion certaine. Le texte étant à la première personne, on se sent littéralement transportés par cette histoire fantastique, frémissant des mystérieuses apparitions... Florent Aumaitre nous emmène dans cette folie qui va crescendo, parvenant à nous faire croire à une présence alors qu'il est seul; on arrive même à deviner le décor alors qu'il y a très peu d'accessoires sur scène. Son jeu d'acteur est impressionnant et relève véritablement de la performance ! J'ai bien aimé que son jeu progresse, au niveau de la voix et de la gestuelle, d'un calme relatif du personnage à cette folie qui le hante progressivement. Une interprétation époustouflante !

Le Horla, au Théâtre Michel jusqu'au 21 mai 2016

Dates et réservation ici - De 15 à 25€

Les mardis et mercredi à 19h, et dates supplémentaires: jeudi 4, vendredi 5, samedi 27 mai à 19h, dimanches 14 et 21 mai à 16h30

 

Un grand merci au Théâtre Michel pour les invitations :)

Voir les commentaires

Rencontre avec Davy Sardou, actuellement à l'affiche au Théâtre Rive Gauche pour Hôtel des Deux Mondes

5 Avril 2017, 18:33pm

Publié par Claire

Hier soir, avec d'autres blogueuses, j'ai eu la chance de rencontrer Davy Sardou actuellement à l'affiche d'Hôtel des Deux Mondes (il y joue le personnage de Julien), pièce que j'avais chroniquée ici et qui m'avait vraiment marquée. Son sujet interpelle tant, mais elle est aussi si remarquablement jouée que j'y ai repensé plusieurs jours durant!

Pour l'occasion nous avions rendez-vous au bien nommé bar L'Entracte, dans cette fameuse rue de la Gaîté où l'on trouve le Théâtre Rive Gauche mais aussi tant d'autres théâtres... Une jolie découverte que ce bar où l'on parle avant tout théâtre, à l'accueil très convivial! 

Rencontre avec Davy Sardou, actuellement à l'affiche au Théâtre Rive Gauche pour Hôtel des Deux Mondes
Rencontre avec Davy Sardou, actuellement à l'affiche au Théâtre Rive Gauche pour Hôtel des Deux Mondes

La mise en scène

Ce soir-là allait se jouer la 60ème représentation de cette pièce au Théâtre Rive Gauche, mise en scène par Anne Bourgeois. C'est la troisième fois que Davy Sardou travaille avec elle, avec plaisir car il y a un réel esprit de troupe dans le travail. Il a fallu une première lecture "à la table" de trois jours avec les comédiens, pour bien comprendre le sens de chaque réplique, en octobre. Eric-Emmanuel Schmitt, auteur de la pièce, a lui aussi été très présent dans le processus de création. D'ailleurs, les didascalies du texte sont respectées; ainsi, les anges ne parlent pas dès l'origine. Ils sont en revanche des personnages très importants, "des maîtres d'hôtel au service des clients". "Après Julien qui sort de l'ascenseur, c'est la première image du spectacle: ils donnent le code de l'irréel, du mystique, ils sont à la fois beaux et inquiétants".

Au niveau des costumes, si son personnage de Julien était facile à habiller, il y a eu un vrai travail pour habiller Laura, jouée par sa compagne Noémie Elbaz: il fallait quelque chose à la fois d'irréel et de féérique.

Le texte

Davy Sardou aime bien le terme de "comédie philosophique" qu'utilise Eric-Emmanuel Schmitt pour désigner sa propre pièce. En effet, ce n'est pas un drame car la pièce est "résolument optimiste". Des grands thèmes de la philosophie y sont revisités, on découvre des hommages à de grands philosophes comme Pascal (Julien dit ainsi à un moment: "Je fais le pari"), Spinoza, Descartes... Le texte lu à haute voix l'a tout de suite convaincu. Le rôle du théâtre est ainsi de faire vivre le répertoire des auteurs contemporains.

Représenter la philosophie au théâtre, c'est difficile et "rarement bien traité". Car ce sont "des paroles et non des actions". Il cite ainsi Le Visiteur, une autre pièce très vivante d'Eric-Emmanuel Schmitt, qui se joue aussi en huis-clos, faisant penser à Sartre bien sûr. Il y a beaucoup de retours de la part du public, car la pièce est accessible. Ce conte philosophique est divertissant mais questionne aussi. C'est "une vraie proposition", "pas un consensus pour plaire au plus grand nombre". Beaucoup de spectateurs se sentent frustrés par la fin. Mais justement, c'est ce qui fait le suspense de la pièce, et l'essentiel est que le personnage, Julien, a changé.

La réplique préférée de l'acteur est: "Rien n'est plus commun que de se croire unique.", car elle résume bien son personnage de Julien.

Quelques anecdotes au passage...

- L'occasion de revenir un peu sur le fameux ascenseur qui marque le retour sur terre, à la vie, si la flèche va vers le bas, ou la mort si la flèche indique le haut lorsque les portes se referment. Finalement, c'est un peu moins angoissant qu'il n'y paraît, l'ascenseur est petit mais du public on a l'impression d'une grande cage grâce au jeu des miroirs.

-L'extraordinaire Jean-Paul Farré qui joue le personnage du mage Radjapour joue juste avant la pièce dans la même rue... au Théâtre de Poche - Montparnasse, dans la pièce Voltaire Rousseau. Il a quelques pas à faire, et le voilà arrivé au Théâtre Rive Gauche!

-Il y aura une tournée de cette production en France de janvier à avril 2018. Elle sera de plus jouée à Amiens du 17 au 20 mai 2017 à la Comédie de Picardie.

 

Un grand merci à Davy Sardou d'avoir répondu à nos questions avant une représentation et bien sûr, merci au Théâtre Rive Gauche! La pièce y est à l'affiche jusqu'au 13 mai 2017.

En ce moment, dans le même théâtre, vous pourrez trouver Le Bal de Némirovsky et Le Chien d'Eric-Emmanuel Schmitt.

 

Voir les commentaires