Au bout de mes souliers

bd

Les Vieux Fourneaux - Tome 1. Ceux qui restent

16 Mars 2019, 15:44pm

Publié par Claire

Voici un véritable coup de cœur côté BD reçu dans le cadre de La BD fait son festival . J'étais ravie de recevoir le Tome 1 des Vieux Fourneaux : Ceux qui restent, album qui connaît un très grand succès et dont on entend de plus en plus parler, notamment avec son adaptation cinématographique. Je ne découvre cette série que maintenant... et avec grand plaisir puisque j'ai lu ce premier tome en une soirée !

 

© Lupano - Cauuet - Dargaud 2014

© Lupano - Cauuet - Dargaud 2014

Côté intrigue, nous sommes déjà dans l'originalité : trois amis septuagénaires se retrouvent à l'enterrement de Lucette, femme de l'un d'entre eux. Ces trois amis n'ont pas leur langue dans leur poche et sont toujours très dynamiques : Pierrot et ses grandes lunettes, qui prend un malin plaisir à saboter des soirée d'inauguration mondaines avec son mouvement « Ni yeux ni maître », Antoine, l'ancien syndicaliste et mari de Lucette, et le plus mystérieux Mimile et ses tatouages, qui a gardé une âme d'enfant .

Nous les suivons dans leur route jusqu'en Toscane, suite à la lecture d'une lettre de Lucette qui est une véritable révélation, en compagnie de Sophie, petite-fille de Lucette qui a choisi de reprendre son théâtre de marionnettes, au volant de la camionnette rouge estampillée « Le Loup en Slip ». Grâce à des voyages entre souvenirs et temps présent, nous nous attachons beaucoup à ce groupe d'amis truculents, dans des dialogues teintés d'humour. Mais derrière cet humour se cachent également un conflit entre générations et des interrogations sur notre société. J'ai beaucoup aimé ces personnages qui sont restés au fond d'eux-mêmes une bande de copains d'enfance et naviguer avec eux dans leur passé plein d'aventures surprenantes et touchantes. Une très jolie découverte... j'ai hâte de lire les autres tomes !

 

Les Vieux Fourneaux, Tome 1 : Ceux qui restent, Scénario : Wilfrid LUPANO, Dessin et couleurs : Paul CAUUET, Dargaud, 2014.

Voir les commentaires

Ar-Men, l'Enfer des Enfers d'Emmanuel Lepage

27 Mars 2018, 20:02pm

Publié par Claire

C'est d'un véritable coup de coeur dont je vous parle aujourd'hui. Et ce, dès que j'ai reçu la bande-dessinée Ar-Men, l'Enfer des Enfers d'Emmanuel Lepage, un magnifique livre dont la couverture nous plonge déjà dans l'univers d'un des phares les plus célèbres de la Bretagne.

Ar-Men - Emmanuel Lepage - © Futuropolis

Ar-Men - Emmanuel Lepage - © Futuropolis

Emmanuel Lepage nous raconte l'histoire passionnante de ce phare, celle de sa construction rendue nécessaire par des naufrages meurtriers dans la chaussée de Sein, mais aussi celle de ses gardiens jusqu'à son automatisation en 1990, entre vie quotidienne et tempête. Pour cela, il mélange l'histoire et la fiction tout en racontant quelques légendes bretonnes à lire pour frémir un soir de tempête justement... Ce sont ces histoires qui se superposent qui rendent la lecture passionnante : les premières études pour la construction du phare, les difficultés des ouvriers du cap Sizun pour l'ériger, la vie au bord du phare, les témoignages des gardiens...

Mais au-delà de cette juxtaposition réussie d'histoires, c'est le graphisme qui m'a littéralement étonnée et enchantée. Les images sont spectaculaires, on a réellement l'impression de se sentir seul, en danger, dans la peau des gardiens entre les vagues qui se brisent et de partager le quotidien des habitants du Cap Sizun pendant la construction de ce célèbre phare . J'ai eu envie ensuite d'en savoir plus, car cette BD insiste sur le caractère laborieux des travaux qui ont duré... 14 ans ! Les légendes aussi sont fascinantes, racontées avec une certaine poésie et donnent envie d'en savoir plus, comme celle de la cité engloutie d'Ys. C'est ce mélange d'histoires, réelles ou fictives, et ces dessins spectaculaires qui font de cette bande-dessinée une véritable réussite, tant d'univers refermés dans un livre que l'on finit avec beaucoup de regret !

Ar-Men, L'Enfer des Enfers - Emmanuel Lepage, Futuropolis, Novembre 2017

Livre reçu dans le cadre de La BD fait son festival avec Price Minister - Rakuten #1BLOG1BD
 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La BD fait son festival avec Price Minister : Tout plaquer et aller prendre un bain de Mathou

27 Mars 2017, 20:53pm

Publié par Claire

Dans le cadre de l'opération "La BD fait son festival 2017" organisée par Price Minister (les explications ici: des blogueurs ont eu la chance de recevoir un ouvrage de la sélection), j'ai reçu la bande-dessinée "Tout plaquer et aller prendre un bain (Mes petits Moments)" de Mathou. J'avais ajouté cette BD à ma liste de souhaits car le titre m'a tout de suite fait sourire...

Comme l'explique l'auteure au dos du livre, son but est de proposer "un livre poétique, pour faire sourire, pour faire rire, pour se dire "ah oui, tiens, c'est vrai, j'avais oublié tout ça, comme c'était chouette" ". Nous voici donc face à une très jolie liste de moments si simples comme autant de petits bonheurs, et forcément, cela me plaît, d'autant plus quand ils sont si joliment illustrés. On navigue donc entre "Se glisser dans des draps propres", "Le soulagement quand on est content de voir que la vitre du téléphone n'est pas brisée (malgré une belle chute)", "Faire le marché (et manger sur place)"... Des bonheurs simples donc, et dont la plupart dans le livre racontent aussi finalement le grand bonheur d'avoir un enfant ("Chercher l'écureuil (sur le chemin de l'école", "Regarder cuire et gonfler le gâteau dans le four")... C'est pour illustrer ces bonheurs collectés que j'ai pris le livre en photo en compagnie de bonbons colorés car je trouve que cela va bien avec la lecture que l'on peut en avoir, en ouvrant des pages au hasard... ou en prenant un bain bien sûr!

J'ai donc beaucoup aimé cette jolie idée d'un album collectionnant ces instants du quotidien que Mathou nous invite à savourer. J'ai moins aimé la lecture du dernier chapitre comportant des citations plus banales sur le bonheur et l'amour, moins dans l'esprit du reste du livre, et il est dommage que cette bande-dessinée se lise extrêmement rapidement, même si on peut parfois s'arrêter sur un bonheur et y penser un moment. C'est en tout cas un livre résolument original et qui a une vraie âme!

 

Tout plaquer et aller prendre un bain (Mes petits moments) de Mathou, Monsieur Pop Corn, 12€, paru en Novembre 2016.


 

Merci à Price Minister pour cette découverte :) #1Blog1BD

 

Voir les commentaires

Coup de cœur pour Culottées de Pénélope Bagieu

26 Novembre 2016, 21:46pm

Publié par Claire

Il y a quelques semaines, en flânant dans une de mes librairies préférées, un livre a tout de suite attiré mon attention par sa jolie couverture : Culottées - Des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent, une bande-dessinée de Pénélope Bagieu dont j'avais déjà adoré les BD il y a quelques années (dont bien sûr Ma vie est tout à fait fascinante). Ce très bel album nous présente "quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin", déjà parus sur le blog de la dessinatrice.

Coup de cœur pour Culottées de Pénélope Bagieu

Cette galerie de portraits nous présente des femmes toutes exceptionnelles et pas forcément connues, et c'est justement ce que j'ai aimé dans cet album: en alternant humour et émotion, Pénélope Bagieu met en avant des femmes au destin pas comme les autres parce qu'elles ont osé, parce qu'elles ont mené certains combats jusqu'au bout, menant parfois à la mort. Des destins parfois tragiques, comme les soeurs Mariposas qui se sont opposées à la dictature en République Dominicaine, étonnants, comme Giorgina Reid qui a mis toute son énergie à préserver un phare face à l'érosion, ou émouvants, comme lui de Leymah Gbowee qui a reçu un Prix Nobel de la Paix en 2011. On sent qu'il y a derrière un véritable travail documentaire, et j'ai appris beaucoup de faits historique en lisant cette galerie originale de portraits.

La bonne nouvelle, c'est que le deuxième tome, comportant 15 autres portraits, paraît très bientôt: le 26 janvier 2017, avec une couverture verte cette fois-ci...

 

 

Culottées, Des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent de Pénélope Bagieu - Volume 1

Paru le 22 septembre 2016, Volume 2 à paraître le 26 janvier 2017

Gallimard - 19,5 €

 

 

 

Voir les commentaires

Le piano oriental de Zeina Abirached: un vrai plaisir de lecture

5 Avril 2016, 21:10pm

Publié par Claire

Quand PriceMinister propose aux blogueurs de chroniquer une bande-dessinée, bien sûr, cela me plaît, et je me suis aussitôt inscrite pour cette édition 2016 de "La BD fait son festival". Il faut être honnête, des BD, je n'ai pas (plus) du tout l'habitude d'en lire, mais justement, c'est pour cela que je me suis lancée: parfois, quand je me promène dans les librairies, je trouve toujours que le rayon de BD est riche de nouveautés, et particulièrement de bandes-dessinées à mi-chemin entre roman et dessin, tant le texte est travaillé et l'intrigue fouillée. C'est le cas de "Piano Oriental", que j'ai immédiatement choisi parce que le titre m'a intriguée: nous sommes ici face à un roman graphique... original et étonnant.

Le piano oriental de Zeina Abirached: un vrai plaisir de lecture

Quand j'ai reçu le livre, je dois vous dire que j'ai été très surprise. Ce n'est absolument pas un format habituel pour une bande-dessinée, non, c'est un très bel objet, un livre lourd, précieux, avec le milieu qui s'ouvre en double-page, lui donnant un côté magique. Et pour bien évoquer les touches du piano, le graphisme est uniquement en noir et blanc, ce qui n'est pas sans rappeler Persepolis. 

L'histoire m'a tout de suite plu. Elle est inspirée de l'arrière grand-père de Zeina Abirached, Abdallah, qui a eu l'idée d'inventer un piano oriental, c'est-à-dire pouvant jouer soit de la musique "occidentale", avec ses demi-tons, soit de la musique orientale, en activant la sourdine, avec ses quarts de ton. On voyage donc entre le Beyrouth d'Abdallah, rempli de poésie, dans les années 60, et la narratrice, entre fiction et autobiographie, parlant de sa double culture, elle qui pensait enfant qu'en France tout était noir et blanc, comme les touches d'un piano, parce qu'elle ne recevait la télévision française qu'en noir et blanc. Comme dans Persepolis, les comparaisons entre ses deux vies, ses deux pays, sont intéressantes, parfois drôles, parfois touchantes.

J'ai beaucoup aimé la poésie qui émane de ce très bel ouvrage, même si je n'ai pas envie de vous en dire plus pour vous en laisser la (belle) surprise. Le graphisme y est très travaillé et donne une dimension encore plus poétique au texte. Au début, je me suis demandé pourquoi il y avait autant d'onomatopées, cela me décontenançait, je me suis dit que c'était peut-être parce que je n'avais pas l'habitude de lire des bandes-dessinées. Et puis, en y réflechissant, j'ai trouvé: elles aussi, ont un sens, elles donnent à ce livre un statut d'oeuvre musicale et pas seulement graphique... Une invitation à lire "Le piano oriental" une seconde fois pour en comprendre toutes les subtilités!

Vous l'aurez compris, je suis ravie d'avoir découvert cet ouvrage hors du commun - merci Price Minister! Attention, le prix est plus élevé que la plupart des bandes-dessinées, 22€ mais le livre comporte tout de même 232 pages et est en soi, comme je vous le disais, un très bel objet.

 

P.S.: PriceMinister demande une note pour pouvoir élire la meilleure bande-dessinée de la sélection... Alors je mets 17/20, pour moi c'est vraiment proche de la perfection, sauf peut-être le début où l'on a un peu de mal à comprendre les deux histoires mises en parallèle.

Voir les commentaires